mercredi 6 avril 2016

Une nichée de mésanges.

Voilà un article qui n'a rien à voir avec la beauté (quoi que, ça participe grandement à la beauté de ce monde et il est important de le rappeler tant parfois on n'y voit que laideur...). Je vais vous parler un petit peu des joies de la nature.
Car oui j'aime les cosmétiques, les soins, le maquillage mais je n'irai pas jusqu'à parler de passion. Et le fait est que je m'intéresse à pas mal d'autres choses dont je m'interdis plus ou moins de parler sur ce blog sous peine de le transformer en véritable fouillis ! En effet si en parallèle d'articles sur ma crème de jour du moment ou du dernier shampoing qui m'a déçue, je me mets à parler de mon dernier coup de cœur en matière de séries TV, des films que j'aime, de mes albums de musique préférés (la musique tenant une place très importante dans ma vie) ou bien encore des différents sports que je peux pratiquer (oui, quand je ne suis pas coincée chez moi ou chez le kiné à cause d'une saleté de blessure, j'aime bien le sport !), des thés que je bois ou de mon régime alimentaire (sans gluten, intolérance je ne te salue pas ! :/ ), avouez que ça serait un joyeux bordel !
[Ceci étant, si tous ces sujets, mes avis, bref ma vie peuvent vous intéresser, n'hésitez pas à me le dire en commentaire et dans ce cas, je me lancerai dans un blog parallèle !]
 [Pourquoi en écrivant ces mots je sens déjà que je vais faire un four...? Ahahah hmm bref.]

Revenons-en à nos moutons, ou plutôt à nos oiseaux ! J'ai la chance de vivre dans une maison avec jardin et, bien que située en ville, la faune y est assez importante et diverse. Entre autres bizarreries et au fil des ans, j'y ai quand même vu un écureuil, une chouette, des chauve-souris (tous les étés) et même... un renard ! 
Mais les animaux les plus représentés (en dehors des chats plus ou moins de passage...) ce sont les oiseaux ! Moineaux, évidemment, pigeons, pies, pinsons, rouges-gorges, mésanges (charbonnières, bleues et aussi à longue-queues) mais aussi un pic épeiche et un couple de geais ! Et j'en oublie certainement...!

Ceux qui m’occupent aujourd'hui ce sont des mésanges charbonnières. L'année dernière j'avais repéré un ballet qu'elles opéraient sur un petit pommier de mon jardin.

 En y regardant mieux j'avais constaté qu'elles rentraient dans le troc de ce dernier ! Alors un jour que le soleil donnait pile dans l'axe du trou, j'étais allée voir et j'avais réalisé qu'elles y avaient fait leur nid ! J'avais même réussi à apercevoir les œufs, que je pensais être au nombre de 3 ou 4... 
C'était alors devenu un rituel, quasiment tous les jours, en fin d'après-midi quand le soleil donnait dans l'axe, j'allais jeter un petit coup d'oeil. Quand un jour, j'y découvris un tas de clapiottes ! 
(Les fans de "La Cité de la Peur" comprendront !)
Pour les autres :


Les œufs avaient enfin éclos ! Au fil des jours les petits, au final très nombreux (ils ne devaient pas être loin d'une petite dizaine), se sont recouverts de plumes et ont grandi de façon impressionnante. Au début ils étaient muets puis ils se sont mis à piailler, ça faisait un bruit étonnant puisqu'on les entendait à plusieurs mètres de l'arbre ! Et un bon matin, plus un bruit, plus personne, toute la petite famille s'était envolée !

Mais voilà qu'en ce mois de mars 2016, le même ballet a recommencé dans le pommier. Il n'est parait-il pas rare que les mésanges reviennent faire leur nid au même endroit. 

 
  (Flèche rose : là où les mésanges rentrent - Trait rose : là où se situe le nid)

Cet année, j'ai donc décidé de leur donner un petit coup de pouce après avoir vu l'astuce sur internet, à savoir : leur mettre des poils de chien à disposition pour qu'elles en tapissent leur nid. Pour cela, je me suis servie d'un petit filet vide (les filets qui contiennent des boules de graines pour nourrir les oiseaux) et ça a marché puisque j'ai vu une mésange venir à plusieurs reprises tirer des poils de ce filet avant de s'engouffrer dans le trou du pommier ! J'étais super contente ! Et un soir où le soleil brillait, je suis allée voir et j'ai aperçu au fond du trou, le nid tapissé de poils de chien !


Maintenant il ne reste plus qu'à attendre que les mésanges pondent pour pouvoir à nouveau assister à la naissance des oisillons etc. Tout ce que je peux vous dire c'est que je m’étais sentie privilégier de pouvoir "assister" à tout ça l'an passé, en effet souvent les oiseaux font leur nid en hauteur ou dans des endroits assez hors de portée. Là, ça n'est pas du tout le cas. Tellement pas qu'on a été obligé, comme l'année dernière, d'obstruer le 2ème trou situé dans la branche car les chats viennent rôder autour et ça panique (à juste titre !) les pauvres petites mésanges ! D'où le joli bandage qui orne désormais le pommier !