lundi 9 novembre 2015

La dermatillomanie ou "Ma peau, ses problèmes et moi".

Voilà un article pas forcément facile à écrire mais dont je pense qu'il peut être utile à certaines.

Les problèmes de peau. On en a toutes plus au moins eu à un moment ou à un autre. Des boutons, des plaques de sécheresse, des rougeurs. Bref, il y en a tout un tas, chanceuses sont celles qui n'ont jamais eu à en pâtir.

Dans mon cas, le principal problème ce sont les boutons. Ensuite vient la déshydratation, mais celle-ci a longtemps été secondaire face aux indésirables. Par chance, le phénomène a tendance à s'inverser depuis quelques temps.

A l'âge où la plupart des gens souffrent d'acné, c'est-à-dire l'adolescence, j'étais pour ma part plutôt épargnée mais ce répit n'était que temporaire... C'est à l'âge adulte que les boutons ce sont faits plus présents.

J'ai goûté un peu à tous les "plaisirs" : les points noirs, les boutons blancs mais aussi ces enfoirés de micro-kystes.
Ah ceux-là... L'Enfer fait pustule !!

En résumé ce sont de gros boutons sous-cutanés (qui n'ont donc pas de "tête" à la surface de la peau), qui provoquent un gonflement de toute la zone concernée donnant parfois lieu à une micro-déformation de la mâchoire par exemple. Mais ces petites ordures ont en plus cette spécificité d'être hyper douloureux !! On les sent même "pousser" quand ils arrivent. Mais pire que tout : on ne peut pas les percer pour les purger (amis du glamour, bonjour). Rien à faire, une sorte de liquide totalement transparent peut parfois sortir mais ne provoque aucun soulagement, aucun dégonflement de la zone, pire, en général c'est l'inverse qui se produit, le bubon s'en retrouve comme renforcé, plus gros et douloureux que jamais. Enflure !


Voilà justement ce qu'il ne faut pas faire ! Je vous entends d'ici "Non mais on le sait qu'il faut pas toucher à ses boutons ! Tsss." Oui sauf que parfois, on a beau le savoir, on ne peut pas s'en empêcher. Pour certaines, ça reste un acte limité, pour d'autres, ça vire au TOC... Ca porte même un nom, la dermatillomanie... Pour en savoir plus, vous pouvez vous rendre ICI.


 (Image empruntée sur le site http://dermatillomanie-france.com )


Vous l'aurez compris, c'est mon cas... Même si je n'ai jamais eu beaucoup de boutons, les quelques que j'avais (sur le visage mais aussi le dos et le décolleté) étaient (sont ?) une obsession pour moi il fallait (faut?) que je m'en débarrasse. Alors on perce, on presse etc. En gros on fait un carnage dont le résultat s'avère pire que le problème d'origine.. J'ai remarqué que mes crises sont en général liées à un état de stress et plus le stress est important, plus la crise est longue et "intense"...

Outre le fait d'avoir des écorchures, plaies etc. visibles (visage) ou cachées (dos et décolleté), le deuxième pas kiss-kool du tout auquel on ne pense pas ce sont... les cicatrices... Car si les boutons c'est moche, en général ça passe et s'estompe, alors que les cicatrices, elles, elles restent.

Comme des images sont souvent plus parlantes que des mots, j'ai sélectionné quelques photos de mon front et de mon menton (zones du visage concernées par les boutons) pour que vous voyez un peu de quoi je parle... Croyez-moi ça n'a pas été une décision aisée à prendre que de vous montrez ça, sans retouche ni rien...


 Juin 2011 
Croyez-le ou non mais là en plus j'ai un peu de font de teint et de correcteur...


 Août 2013
La joie des effets du soleil sur des cicatrices etc. Un look léopard fort sympathique...


 Octobre 2015
Quasiment plus de boutons, les cicatrices s'atténuent doucement (très, trop doucement... mais bon).


 Juin 2011
Idem que pour le front, sur celle-là il y a du maquillage...


 Août 2013
Sans commentaire...


Octobre 2015
Au niveau du menton aussi, ça commence à aller un peu mieux, mais ça reste pas terrible...



Dans une société de plus en plus focalisée sur les apparences, où le "look" et la beauté sont parfois plus importants et plus "valables" que des diplômes ou de l'intelligence, il n'est vraiment pas facile d'assumer une peau amochée. Encore moins quand on est soi-même responsable de cet état. Quelle ironie quand on sait qu'à la base, on était dans une recherche de peau "parfaite"...

Ces derniers mois, j'ai une relation plus apaisée avec ma peau. Déjà j'ai moins de boutons qu'avant (quant à dire pourquoi, je ne sais pas, j'ai 2 pistes possibles, si ça vous intéresse, dites-le moi en commentaire et je ferai un article dessus), donc qui dit moins de boutons, dit moins de pulsions à les triturer. Ensuite, quand il m'arrive encore de les traquer le nez collé au miroir, j'y vais beaucoup plus en douceur qu'avant, les conséquences en sont beaucoup moins graves.

Ceci étant, je me retrouve avec un front particulièrement "marqué", ce que je peux à peu près camoufler avec du maquillage. Mon plus grand regret se porte finalement au niveau du dos et du décolleté... Voilà pourquoi je suis condamnée aux vêtements ras de cou...

Faites bien attention si vous êtes comme moi ou que vous sentez que vous prenez cette direction. S'il vous arrive de rester scotchée devant le miroir, à traquer le moindre petite bouton pour lui faire la peau : ARRÊTEZ avant qu'il ne soit trop tard comme moi... J'ai bien conscience que ce n'est pas facile du tout alors n'hésitez pas à en parler à un médecin, voir à consulter un psy car c'est souvent un problème de mal-être, d'anxiété etc. qui se cache sous ce comportement.
Vous pouvez aussi aller voir un dermato, évidemment, même si je dois reconnaitre que dans mon cas, ça ne s'est pas avéré concluant (j'en ai vu 2 différents...).